Famille Gannat: faire du neuf avec du vieux

Gannat. Ce nom revient souvent, bien trop souvent, quand il est question de l’extrême-droite à Angers. D’un poste de conseiller régional, à celui de petite frappe dans les rues d’Angers, de la Manif pour Tous au soutien de Bachar el-Assad, de la participation aux élections à la lutte pour l’instauration de la royauté social du christ, cette famille prouve que le FN a beau changé de nom, il n’en reste pas moins le cœur de l’extrême-droite française. À l’occasion de la lutte pour la fermeture de l’Alvarium nous vous proposons un retour non-exhaustif sur cette famille ;

Pascal Gannat, un frontiste à l’ancienne

Entrepreneur au Mans mais résidant en Mayenne, Pascal Gannat possède un long passé chez dans les sphères fachos. D’abord militant du néofasciste Parti des forces nouvelles, puis du Front national (1984), il a notamment été chef de cabinet de Jean-Marie Le Pen de 1988 à 1992, puis conseiller régional et municipal dans le nord de la France.

Il a été président du FN 72 entre 2015 et 2017.

En 2015 il est choisi par le FN pour être la tête de liste des élections régionales en Pays-de-la-Loire. Il est élu à l’assemblée régionale, ainsi que 12 autres membres du parti des Le Pen. Il est d’ailleurs élu président du groupe FN/Rassemblement Bleu Marine. Mais il ne restera pas longtemps puisqu’il est poussé à la démission en 2017, par Marine Le Pen elle-même.

Mais cette « démission » n’est qu’une petite punition pour cet élu sans doute proche de la ligne « tradi » du FN incarné par Jean-Marie Le Pen ou Bruno Gollnisch. La preuve ? Pascal Gannat était jusqu’au congrès du 10-11 mars 2018, encore membre du Bureau Politique du FN.

Et s’il est souvent muet sur les activités de ses enfants (lire à suivre les casseroles de son fils François-Aubert), il n’en va pas de même pour son soutien à l’Alvarium.

Au-delà de cette déclaration appuyant l’activité de ce local d’extrême-droite il est encore plus intéressant de constater que l’association, Nouveaux Sarments – Anjou Populaire, qui gère la location de l’Alvarium, avait son siège domicilié chez Pascal Gannat, en Mayenne. Comme c’est étrange ! Et l’Alvarium va ensuite nous servir qu’elle est indépendante politiquement en ayant son siège chez un élu FN. À d’autres !

Jean-Eudes : un feu-follet ou un pet foireux ?

Jean-Eudes, à l’extrême-droite, entouré d’une partie de la fratrie. C’est clair les Gannat sont proches du peuple…

De toute la fratrie Gannat, Jean-Eudes (il se cache parfois sous l’identité de Jean Palinacci, tout comme son papa qui sur Facebook utilise également ce patronyme) est sans doute celui qui est politiquement le plus actif, et ce depuis de nombreuses années.

Il est l’un des fondateurs, avec entre autre Arthur de Vitton de Peyruis et Antoine Ormain (dont on a déjà parlé ici), du Rassemblement de étudiants de droite à la Fac de droit d’Angers (Saint-Serge) à partir de la rentrée universitaire de 2012. Il est également secrétaire du fantomatique FNJ 49 durant cette période.

Avec la petite équipe du RED ils sont particulièrement actifs lors de la Manif pour Tous. Cet activisme durant la Manif pour Tous est partagé avec les membres de sa famille. Ainsi il se retrouve avec son frère Louis-Joseph sur les pelouses des Invalides le 16 avril 2013, à jouer les rebelles en carton.

Louis-Joseph a par la suite créé une éphémère association « Levez-vous » qui « appelle à la résistance toutes les victimes de l’oppression politique » sic ! Son activité politique est nettement moins importante depuis. Sans doute que sa société de Courtage en assurance au Mans doit lui prendre un peu de temps.

Après l’agitation de la Manif Pour Tous, Jean-Eudes Gannat part ensuite s’installer au Maroc où il travaillera pour le Carré Casa – Carré Français de Casablanca.

Jean-Eudes Ganant le néo-colon ringard

Cette entreprise est très étroitement lié à l’extrême-droite et notamment à la « GUD connexion » (lire sur le site de Médiapart ou sur celui du Monde).

Et c’est dans le sillage de cette « GUD Connexion » que le petit Jean-Eudes va continuer son apprentissage du monde de l’entreprise. Il va en effet créer une société qui sera hébergée dans le XVIè de Paris, au 27 rue des Vignes, là où des anciens du GUD gèrent leurs affaires, dont Frédéric Chatillon. Ce dernier a d’ailleurs embauché Jean-Eudes Gannat au sein de sa société de communication Riwal. Mais force est de constater que cette collaboration n’a pas été des plus fructueuses pour le parti de Marine Le Pen (on va pas s’en plaindre non plus!).

Parallèlement à ses activités « professionnelles » très étroitement liées à l’extrême-droite, il se rêve en nouveau croisé sauveur des Chrétiens d’Orient. Il est actif sur ce terrain au côté de l’association SOS Chrétiens d’Orient. Il s’est rendu en Irak, mais aussi en Syrie en décembre 2013 :

Gannat apparaît à 7:24 minutes

Il fait parti de ces jeunes qui, comme le dit Rue 89 « vont en Syrie écouter la version du régime ».

Il n’est ensuite pas très étonnant de voir fleurir sur les murs d’un centre social angevin des tags pro-Bachar.

En 2015 il est en 3ᵉ position pour les élections municipales de 2015 à Angers sur la liste FN et est également candidat aux élections cantonales en 2015.

Aujourd’hui Jean-Eudes Gannat se présente comme le « porte-parole » de l’Alvarium.

Et c’est d’ailleurs lui qui, sur les réseaux sociaux, offre le plus d’informations sur ce local.

Une chose est particulièrement frappante chez ce fils Gannat : sa capacité à créer du Bad Buzz. C’est du niveau international !

Il se fait passer pour le jeune homme roux qui «encule la presse» et se fait pourrir sur Twitter.

Il est ensuite le jeune responsable du FN qui dérape sur un tweet « #LangPédophile »

François-Aubert l’agresseur raciste

S’il est un fils que Pascal Gannat doit vraiment avoir du mal à supporter, ça doit sûrement être François-Aubert. Ce dernier s’est en effet fait remarquer ces derniers mois sur Angers puisqu’il a été confronté à de multiples reprises à la justice. Nous n’écrirons pas plus là-dessus, nous l’avons déjà fait à de nombreuses reprises

Ici, , encore ici, hélas encore là, à n’en plus finir ici.

Un journaliste du Monde avait également fait une bonne synthèse de la situation angevine.

Mais pour nous il est clair que la manière dont la justice bourgeoise juge les siens est sans commune mesure avec ce que vie la jeunesse des quartiers populaires.

L’attitude de la justice laisse clairement à désirer quand on voit que François-Aubert Gannat se retrouve, à l’Alvarium, avec celui que son avocat avait présenté comme un « témoin » qui ne connaissait « que de vue » l’auteur des violences…

François-Aubert à l’extrême-droite (décidément!). Son témoin « surprise » se cache parmi ces spécimens de bas du front.

L’exemple de cette famille, présente à la fois dans les courants les plus radicaux de l’extrême-droite, mais qui a aussi un pied dans l’appareil frontiste et le monde des affaires, nous montre que fascisme et capital font encore et toujours bon ménages. Malgré tout ce qu’elle peut dire, tout le mal qu’elle se donne pour se désembourgeoiser, l’extrême-droite n’a qu’un seul visage : celui d’un courant politique qui prendra toujours la défense des classes possédantes.

Enfin ne nous trompons pas, la famille Gannat n’est qu’un exemple parmi d’autres. Si elle disparaissait nul doute que de nouveaux fascistes pointeraient le bout de leur nez. Notre combat n’est donc pas celui de voir disparaître de la sphère politique cette famille, mais bien de faire en sorte de faire reculer le fascisme et l’extrême-droite par tous les moyens à notre disposition, et continuer à nous battre pour l’égalité, la liberté et l’émancipation de toutes et tous.

Parce que l’antifascisme est l’affaire de toutes et tous

Petite photo bonus, parce que nous ne pouvons continuer plus longtemps à garder cette ça pour nous:

Jean-Eudes dans sa période gangsta rap

This entry was posted in Divers. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *