La merde revient,Tirons la chasse

Angers se trouve à nouveau défigurée par l’existence d’un local fasciste en plein centre-ville.


La bande de cathos-tradis-identitaires qui agit sous le nom d’alvarium retient mal les leçons du passé, même très frais. En 2018, ils avaient tenté de s’implanter avenue Pasteur dans le quartier populaire de Savary. Rapidement tout et tout le monde s’était ligué contre leur projet. Les fascistes étaient vite devenus une source de nuisance sonore tout en multipliant les intimidations envers les voisin.e.s de l’immeuble. Les habitant.e.s du quartier les prenaient régulièrement à partie. Leur façade avait été « redécorée » à de multiples reprises. Stigmatisés, ils rasaient les murs et leur projet mégalo prenait eau de toutes parts. Même leur propagande délirante et hors-sol ne pouvait cacher leur échec à organiser autre chose que des beuveries. Le local n’a pas passé l’année. Ils étaient la risée d’une ville liguée contre eux et dont la mobilisation régulière et déterminée de la population avait pour notre plus grande joie abrégé l’agonie du local.

Malheureusement, riches de leurs relations d’enfants de bonnes familles ils tentent de remettre le couvert, avec un local situé au 31, rue du Cornet, à deux pas de la rue Saint-Laud. D’abord ouvert en catimini, avec une ouverture officielle prévue à la rentrée, le secret a tôt été éventé en partie grâce à la vigilance antifasciste. Ce local peut sembler anecdotique, par rapport à l’actuelle diffusion générale des idées réactionnaires en France et dans le monde, mais c’est le symptôme local d’une montée de l’extrême-droite qu’il est encore temps de combattre.

Cette ouverture est donc une provocation que, comme la précédente, nous ne tolérons pas.

Nous ne pouvons tolérer les discours racistes masqués d’un fin vernis « social ». Nous ne pouvons tolérer que l’extrême-droite se targue de solidarité alors que dans toutes ses actions, elle ne fait que défendre les inégalités. Nous ne pouvons tolérer leurs éternelles sorties sexistes, homophobes, transphobes à longueur de réseaux sociaux.

D’ailleurs, qui peut tolérer une bande qui ne se contente pas de mots et passe régulièrement à l’action ? Qui peut tolérer qu’un François-Aubert Gannat puisse dire à un homme noir « même mon chien est d’une race supérieure » ? Qui peut tolérer une bande qui a couvert la maison de quartier de Belle-Beille de graffitis en soutien au sanglant Bachar-el-Assad ? Dictateur que Jean-Eudes Gannat est allé visiter aux frais de la princesse. Qui peut tolérer de soi-disant maraudes faisant le tri au faciès entre les bons et les mauvais SDFs ? Qui peut tolérer les multiples croix celtiques sur des locaux associatifs comme les Restos du Cœur, sans parler des attaques de réquisitions où vivent SDFs et migrant-e-s ou encore les tentatives d’incendies de locaux associatifs ? Qui peut tolérer ce climat d’impunité ?

Une dernière question : qui sera la prochaine victime de leur haine ?

La possession d’un local est pour eux une question de survie politique. Sans base logistique leur groupe perd une grosse partie de sa capacité de nuisance. Il faut donc mettre un terme rapide à son existence.

Nous n’attendons pas grand-chose des institutions locales. La majorité municipale se montre complaisante avec l’extrême-droite et compte toujours en son sein des élus proche de la Manif pour tous. Mais nous savons aussi qu’une forte mobilisation peut mettre tout ce petit monde devant ses responsabilités. A l’approche des municipales, il importe que soient mis bas les masques.

Quant à nous, plutôt que dans les urnes, nous pensons que l’extrême-droite se combat avant tout dans nos rues, sur nos lieux de travail, dans toutes les activités et lieux qui font notre quotidien.

Nous n’attendrons donc pas une prochaine victime.

Parce qu’à Angers l’extrême-droite s’est toujours heurtée à une mobilisation populaire déterminée, nous appelons à un rassemblement, samedi 21 septembre, à 15h, place du pilori.

L’antifascisme c’est l’affaire de tou.te.s !
Fermons le cagibi qui sert de repaire à l’alvarium !

Posted in Actualité locale, Actualité nationale | Tagged , , , , , , , | Leave a comment

Texte de nos camarades antifascistes de la Roche-sur-Yon

Nous reproduisons ci-dessous le texte de nos camarades antifascistes de la Roche-sur-Yon.
Les photos sont affichées sous l’article
Le Réseau Angevin Antifasciste


Pourquoi nous n’avons pas été au rassemblement de Luc Bouard vendredi 24 Mai suite à l’agression homophobe du stand LGBT Place Napoléon à La Roche-sur-Yon le samedi 18 Mai. (1)

Parce qu’il n’a pas la légitimité pour lancer une telle initiative. Si l’appel avait été lancé par le Centre LGBT Vendée ou ses partenaires présents le samedi (Ligue des droits de l’Homme, Amnesty International, le Planning familial, AIDES, Trans Inter Action, Autre Cercle), oui nous serions aller les rejoindre. Là en l’occurrence, il s’agit du maire Les Républicains de La Roche-sur-Yon, qui a -on s’en souvient- été élu en 2014 avec le soutien des homophobes de la Manif pour tous, mouvement opposé au mariage homo. Hypocrite donc.
En 2014, la Manif pour tous est très active sur le département et plus particulièrement à La Roche-sur-Yon. Ces membres ou sympathisants vont de la droite traditionaliste à l’extrême droite radicale. Un électorat conservateur et très actif pour les sujets touchant à « leurs » morales (mariage homo, avortement, féminisme, euthanasie, etc). Un électorat que Luc Bouard devait « choper » pour gagner la mairie aux élections municipales de 2014. Au premier tour, il sera au coude à coude avec le maire sortant PS Pierre Regnault (35,33% Bouard, 36,09% Regnault). Il gagnera cependant au second tour assez largement et Ouest France relatera que le soir de la victoire, dans le hall de la mairie : quelques drapeaux de « La Manif pour tous » se mêlent furtivement à la fête, vite rangés.(2)
En remerciement de l’aide apporté par la Manif pour tous, il leur donnera 3 postes à la mairie. Anne-Sophie Fagot, représentante du parti politique très à droite né de la Manif pour tous : Sens Commun, devient adjointe à l’éducation, la famille et à la petite enfance, elle démissionne en 2017 pour devenir avocate. Maud Doat, membre active de la Manif pour tous Vendée devient conseillère municipale déléguée à l’apprentissage de la langue française et au soutien scolaire, elle démissionne en 2015 et ouvre à La Roche-sur-Yon une école hors contrat avec l’éducation nationale, une école catholique intégriste. Anne-Cécile Staub porte-parole de la Manif pour tous Vendée se charge des Affaires scolaires au conseil municipale, elle démissionne en 2016. Que des postes liés à la famille et à l’enfance ! Il n’y a pas de hasard à ça…avec la Manif pour tous.

Ne pas oublier, en octobre 2014, dans le contexte homophobe de la Manif pour tous, un homosexuel avait été agressé sauvagement à coup de poings et matraques par des boneheads (skinheads nazis) dont Tristan Arnaud, à La Roche-sur-Yon. (3)(4)

L’Institut Catholique Enseignement Supérieur (crée en 1990 par Philippe De Villiers), d’où provienne la plupart des étudiants homophobes de ce samedi 18 Mai, a touché pour son futur agrandissement, un financement de l’agglomération yonnaise présidé par Luc Bouard, à hauteur de 129 700 Euros, oui le public finance le privé, sans gêne, encore pour un service rendu ?

Dans la catégorie des hypocrites on citera Bruno Retailleau, sénateur LR de Vendée, qui après l’agression homophobe de samedi dernier a tweeté : je condamne fermement ces comportements inadmissibles. Ces manifestations de haine sont lamentables. Ce fervent opposant au Mariage pour tous défilait avec la Manif pour tous et haranguer la foule devant la préfecture départementale pendant le mouvement, un autre style de manifestation de haine. Et lorsqu’il présidait le conseil régionale des Pays de la Loire il avait suspendu la subvention au centre LGBT de Nantes.(5) Retailleau à toujours ses attaches avec la Vendée et même des attachés parlementaire, anciens étudiants à l’ICES comme Pierre Buton et Gonzague de Chantérac. Ce dernier, quand il était encore sur les bancs de la fac catho, militait à l’UNI (syndicat universitaire de la droite extrême) et à l’UMP. Depuis Paris en plus d’assistant parlementaire, il travaillait à la fois dans l’ombre et la lumière à l’organisation de la Manif pour tous en Vendée comme au plan nationale, il est même responsable de la propagande via les réseaux sociaux. Catholique intégriste, il fréquente un proche de la Vendée qu’est Tugdual Derville, délégué générale de l’association Alliance Vita (association crée par Christine Boutin, anti avortement-euthanasie-mariage homo, etc) et porte-parole de la Manif pour tous. Les étudiants de l’ICES qui ont saccagé les stands du Centre LGBT sont impliqués dans les manifestations Marche pour la vie qui se déroule à Paris tous les ans début janvier, La Roche-sur-Yon se retrouvait souillé de centaines d’affiches et autocollants anti avortement appelant à monter sur la capitale.

A l’ICES les étudiants ont un soutien (ou l’inverse?) de poids, qu’est le maître de conférence en Histoire -imbu de lui-même- Guillaume Bernard. Il est anti mariage gay et anti avortement, il prendra fièrement la parole sur l’estrade de la Marche pour la vie 2019. Il ne cache pas son appartenance à l’extrême droite en publiant sur Facebook son soutien à Tommy Robinson (sulfureux militant d’extrême droite anglais) et « débattant » avec Eric Zemmour lors de la sortie d’un de ces bouquins de victime. Guillaume Bernard fait aussi la pub pour le journal de l’Action Française (royaliste et plus ancien groupuscule d’extrême droite), il ira même jusqu’à s’inviter (ou l’inverse?) à une conférence avec l’éphémère Action Française étudiante de La Roche-sur-Yon en 2017, qui se déroulera devant un maigre auditoire dans les locaux de la paroisse Notre Dame rue Hoche.

En mode « action », il y avait les Homen (en référence aux Femen mais en étant tout l’inverse, sans courage donc) lors des rassemblements de la Manif pour tous sur Paris. Le 18 mai 2013 (date anniversaire ?) à La Roche-sur-Yon ils défileront torse nus, pantalons colorés façon arc en ciel (sic), flambeaux en mains, marseillaise en bouche, ils seront filmés par un internaute qui diffusera la vidéo où on les voit courir comme des lapins en entendant le deux tons d’une patrouille de police. Dans ces Homen vendéens, la fine fleur de l’ICES est là, certains encartés à l’UMP dont le très actif militant Antoine Vermeulen (dit la girouette), membre de l’UNI, Jeunes Républicains Vendée et Sens Commun plus tard. Il est proche de Bruno Retailleau comme Brieuc Becker, un des homophobes du samedi 18 mai. France Soir écrit : Si Brieuc Becker a été présenté comme un « proche » de Bruno Retailleau, c’est parce que l’association des étudiants de l’ICES, fondée en 2005, porte le même nom qu’une autre bien plus tardive (créée en janvier 2019) qui est l' »institut de formation à destination des jeunes » du mouvement « Force républicaine ». Un mouvement présidé par… Bruno Retailleau. (6)

Un autre hypocrite, le président de l’ICES, Éric de Labarre. Quelques mois avant de prendre la tête de la fac catho il est secrétaire général de l’enseignement catholique, et avec cette étiquette il se permet d’envoyer une lettre à tous les chefs d’établissements privé catholique, il les invite à prendre des initiatives dans le débat sur le Mariage pour tous, une lettre qui fera bondir le ministre de l’éducation nationale de l’époque, Vincent Peillon et les syndicats. En arrivant à l’ICES il sait très bien que depuis des années c’est un « nid » de fachos. Combien de chef du Front National Jeune sont passés par là (François-Xavier Gicquel entre autres(7)) , combien de membres de l’Action Française et autres groupuscules d’extrême droite ? Tous les ans il suffit de faire le tour de l’ICES en voyant les autocollants des groupuscules pour voir qui fréquente les salles de classes. Les plus politisés savent très bien que l’ICES est un bon endroit pour recruter du réac’. Fin 2016, les tags racistes fleurissent comme du chiendent dans le secteur de la fac et un peu partout dans La Roche-sur-Yon. Les sessions tags cesseront après que le Sans Culotte 85 est fait un article sur ces dégradations (8), comme par magie ? Non, la direction savait à qui s’adresser pour stopper ce qui pouvait nuire à l’image et donc aux financements.

Qui sont ces agresseurs du samedi 18 mai ? Au jour d’aujourd’hui nous n’avons pas encore tous les noms mais en voilà certains :
Aymeric Beauvais, étudie le droit (à raison pour la suite LOL), un des plus violent qu’on voit sur la vidéo.(9)
Étienne de Solages, le grand à lunettes au visage masqué, fervent catholique et chasseur (de quoi? Sangliers ? Homos ?).
Jean de Gaulmyn, le petit fumier euh fumeur à chapeau portant le sweat de la Manif pour tous.
Aurélien Cruaux, le rasé au blouson beige sur la vidéo.
Hubert Stanislas.
Paul Cochery, lunettes, sweat bleu capuché sur la vidéo.
Les autres viendront plus tard.
Maintenant qu’ils sont « connus », ils vont pouvoir assumer leur homophobie, qu’elle soit dans la rue, dans la suite de leurs études, dans leurs vies familiales et professionnelles.

Ce qui les gènes le plus de tout ceux cités ? C’est l’image. Mais ce n’est que trompe l’œil. Que ça soit Bouard pour les municipales de l’an prochain, il lui faut se montrer plus ouvert sur sa gauche pour élargir son électorat. Bruno Retailleau, toujours aussi coincé, se retrouve à dénigrer ce qu’il a semé, en vrai opportuniste politique qu’il est. L’ICES qui a besoin d’être une vitrine pour le néo-libéralisme conservateur chargé de bien préparé les futurs « élites » que les bourgeois leur confient.

Loin de mettre tous les étudiants de l’ICES dans le même panier de crabes, nous leur disons de rejeter ces arriérés qui pourrissent leur scolarité et beaucoup on montrait leur indignation face à ces événements.
A La Roche-sur-Yon comme dans toute la Vendée un nombre impressionnant de personnes ont manifesté leur soutien à la cause LGBT depuis samedi dernier, il est important que ce soutien perdure et se renforce.
Il est aussi important de faire entendre et de montrer que la rue n’appartient pas aux homophobes et autres racistes, sexistes, etc.
Entendons-nous bien, nous ne sommes pas allé au rassemblement de Luc Bouard pour les raisons évoquées, mais nous nous nous battons pour lutter contre toutes les discriminations ici, là-bas, hier, aujourd’hui et demain.

Collectif Antifasciste La Roche-sur-Yon.

(1) https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/vendee/la-roche-sur-yon/stand-lgbt-degrade-roche-yon-etudiants-institut-catholique-vendee-identifies-1671771.html
(2) https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/il-nest-pas-20-h-et-le-reve-de-luc-bouard-prend-forme-2077394
(3) https://www.europe1.fr/faits-divers/INFO-E1-Deux-skinheads-condamnes-pour-une-agression-homophobe-685870
(4) http://mediacoop.fr/proces-du-bastion-social-des-condamnations-clementes/
(5) http://yagg.com/2016/04/29/chantage-a-la-subvention-en-pays-de-la-loire-le-president-de-region-bruno-retailleau-persiste-et-signe/
(6) http://www.francesoir.fr/politique-france/agression-homophobe-qui-est-brieuc-becker-un-des-assaillants-de-la-roche-sur-yon
(7) https://gauchedecombat.net/2018/04/14/un-responsable-de-sos-chretiens-dorient-en-plein-salut-nazi/

(8) http://www.lesansculotte85.com/2016/12/le-sans-culotte-85-n-101-decembre-2016-janvier-2017/
(9) https://www.youtube.com/watch?v=LYpVzYLLPdw

Posted in Actualité locale, Actualité nationale, Divers | Tagged , , , , , , | Leave a comment

Extrême-droite et « action sociale » : le parfait oxymore

L’année 2018 aura marqué pour l’extrême-droite radicale française l’effondrement des espoirs placés dans la stratégie calquée sur les néo-fascistes de Casapound. A savoir, grosso modo, l’ouverture de locaux, bases logistiques à une « action sociale » ouvertement raciste résumée par le slogan « Les nôtres avant les autres ». Bien avant sa dissolution, Bastion Social a vu nombre de ses locaux fermer (voir sur La Horde). A Angers la « communauté de l’alvarium » (n’appartenant pas à l’étiquette Bastion Fécal) n’a pas tenu une année (voir notre bilan). Cette succession d’échecs a poussé une partie de cette frange de l’extrême-droite à recentrer sa communication sur la seule partie « action sociale » dont les maraudes sont le support le plus couramment mis en avant (1).

Ce texte vise à remettre en évidence que cette stratégie relève plus du discours que de l’action à proprement parler. Nous fondons notre réflexion sur l’étude des fascistes d’Angers et alentours parce que nous en avons une connaissance éprouvée mais nous pensons, qu’à grands traits, cela peut valoir pour d’autres endroits de l’hexagone, si ce n’est que par ici le côté cathos-tradis est particulièrement saillant.

Cet aspect religieux nous amène directement dans le vif du sujet. Ce que les fascistes appellent « action sociale » n’est rien d’autre que de l’aumône ou de la charité. Ce qui importe pour eux c’est le seul geste. En effet, en termes de réponse à la pauvreté et à la misère leur action est proche de zéro. Il suffit de regarder cette photo typique d’une maraude à Angers pour s’en convaincre :

Qui peut réellement croire que mobiliser 7 ou 8 bonhommes pour porter un thermos et un sac à demi-vide représente une réponse pragmatique et efficace à la faim et au froid ? De qui se moque-t-on ? Où plutôt, quels faits cherche-t-on à manipuler ? En tant que militant-e-s radica-ux/les, nous sommes très critiques envers les réponses humanitaires du type Resto du Coeur, Secours Populaire ou Secours Catholique mais il faut leur accorder une capacité logistique toute autre pour parer à l’urgence. Ainsi, les Restos du Coeur 49 ce sont 691 tonnes de denrées alimentaires récoltées par an ou encore près de 19000 repas chauds distribués dans la rue (2).

Pour les fascistes, ces « actions » ne valent on le sait qu’en tant que matériau de base à la construction de leur propagande sur les réseaux sociaux. Et le sous-texte des photos colportées à longueur de fil facebook est le suivant : Regardez comme nous prenons soins de NOS pauvres (blancs/français/chrétiens et si possible tout cela à la fois), sous-entendu : « les autres peuvent bien crever ». En cela, ils rappellent les « dames-patronesses » bourgeoises et aristocrates du XIXème siècle finissant, qui pendant que leur maris fabriquaient la misère et la précarité à tours de bras, arpentaient les rues pour venir en aide aux « bons pauvres », à savoir ceux qui ne boivent pas, de bonnes moeurs, qui disent merci et qui ne subvertissent en aucun cas l’ordre social dont ils sont pourtant les premières victimes. A chacun sa place (et cela vaut aussi pour les dames-patronesses assignées à leurs obligations de genre). La charité est comme l’on dit «  bien ordonnée » : elle est sélective, elle trie, elle classe. « Les nôtres avant les autres » , l’expression est adéquate en ce qu’elle peut être réduite à un «nous » égoïste qui se moque éperdument de l’autre. Ce dernier sert de faire-valoir. C’est le résumé même de la pseudo-action sociale de l’alvarium où « Le pauvre français » ne sert que comme support d’une communication identitaire destinée à monter les pauvres les un-e-s contre les autres.

Le but n’est donc pas de s’attaquer à la misère et à ses racines. Surtout-pas même ! Par exemple, le « Noël des malchanceux » organisé par l’alvarium fin 2018 en est une démonstration symptomatique.

On peut parler de cynisme quand d’aucuns osent réduire l’injustice sociale de la pauvreté à une triviale question de chance, ne pas avoir été un « veinard » selon leur réthorique. Ce discours de l’extrême-droite passe sous silence les déterminismes historiques ou sociaux. C’est la vaste blague de l’« égalité des chances » et, si tu as raté ta vie, tu peux ne t’en prendre qu’à toi-même. Il y a une négation des rapports de classes, ce qui n’est pas surprenant quand on sait qu’historiquement les régimes fascistes/fascisants se sont aussi construits sur la collaboration de classes via l’embrigadement et le corporatisme.

L’extrême-droite identitaire cherche à substituer des réponses individuelles à un rapport de forces créé collectivement (par exemple les luttes syndicales ou encore les réquisitions). Les fascistes et autres réactionnaires préfèrent un « objet » de charité à un « sujet » acteur de sa propre émancipation et qui pourrait remettre en cause l’ordre établi. Les petits fafs qui donnent l’aumône mais ne permettent même pas la survie s’érigent bel et bien en garants du statu quo social. Les discours « anti-système » ne sont là que pour la façade et ils ne savent que trop bien qu’ils sont placés du bon côté du manche. L’extrême-droite va donc parler de « malchanceux » voire d’« exclus » parce que cela permet d’éviter de parler d’exploité-e-s, d’opprimé-e-s où de dominé-e-s.

On revient à cette caractéristique récurrente de l’extrême-droite : une vision organique et hiérarchique de la société où, comme dans un corps, chacun-e a une place et une fonction et doit s’y tenir sous peine de déstabiliser l’équilibre de la société toute entière (3). Le problème des pauvres est donc d’accepter la rigidité de leur condition de malchanceu-x/ses avec fatalisme. Cela permet de dépolitiser la question de la solidarité sociale voire tout simplement de l’évacuer.

Il n’est pas inutile pour finir, de rappeler quelques points qui séparent franchement l’action sociale de la charité et qui peuvent servir de boussole. En premier lieu un consentement libre et éclairé. Le côté souvent « volé » qui se dégage des photos de maraudes des groupes d’extrême-droite ne concoure pas à lever ce doute sérieux sur la manipulation et, sans trop s’étendre sur ce point, il y a chez les fachos un plaisir malsain à objectiver et manipuler les SDFs, à les mettre en position d’obligé-e-s. Surtout la solidarité ne peut se concevoir qu’avec le critère d’inconditionnalité. Faut-il demander ses papiers à une personne qui se noie ? Avant, seule l’extrême-droite pouvait soutenir de tels raisonnements ab absurdo. Les lignes ont bougé et maintenant Salvini n’est pas le seul politique qui porte la responsabilité d’avoir transformé la Méditerranée en cimetière, loin de là.

On peut opposer leur conception mortifère à celle de l’entraide chère à Kropotkine qui désigne un échange réciproque et volontaire de ressources et de services au profit de tou-te-s. C’est l’entraide qui anime nombre de collectifs angevins autour de thématiques aussi diverses que les réquisitions de logements, la luttes pour l’accès aux droits, l’autodéfense sociale dans les quartiers, etc. Ils/elles mettent en pratique l’entraide depuis bien longtemps et avec parfois de beaux résultats (sans nier les galères car la pauvreté génère des stigmates dont on ne se départit pas facilement) sans pour autant inonder les réseaux sociaux d’un narcissisme toxique. Ce sont ces initiatives qu’en tant qu’antifascistes nous devons appuyer si nous voulons sortir de l’ornière identitaire.

Une chanson valant parfois mieux qu’un trop long discours nous vous conseillons l’écoute de cette chanson de Jacques Brel qui résume à merveille la conception de l’action sociale lorsqu’elle est portée par l’extrême-droite.

Le RAAF

Notes :

1 – Nous avons bien conscience que cet effondrement a aussi eu pour corollaire de réalimenter une dynamique de violence assumée autour des Zouaves et autres bandes de bourrins.

Retour

2 – Quelques chiffres chiffres :
3 Chantiers d’Insertion (53 salariés en insertion + 5 CAE)
2 Entrepôts à Angers Cité du Doyenné et à St Barthélemy
16 Salariés en CDI et 5 services civiques et un mécénat Orange
1 498 bénévoles dont 54.9 % de femmes: bénévolat valorisé à: 4 482 312 €.(288 ETP)
7 831 familles accueillies de mai 2017 à avril 2018 (+ 22.7 %)
17 609 personnes accueillies de mai 2017 à avril 2018 (+ 18.2 %)
1 120 bébés de 0 à 18 mois aidés de mai 2017 à avril 2018 (+1.2 %)
1 724 349 équivalents repas distribués adultes et bébés (+ 23.7 %)
23 familles logées et accompagnées en sous-location
RestoBus : 10 894 repas chauds distribués aux plus démunis à Angers gratuitement 3 fois par semaine sur 44 semaines de l’année avec 95 bénévoles dédiés.
Petits déjeuners Chemin de traverse : 7j/7j de 7H à 9H30 depuis début février 2018 pour les gens de l’abri de nuit : 3 789 petits déjeuners dont 35% d’enfants sur 77 jours de fonctionnement.
15 Jardins de proximité couvrant 87 400 m² produisent 117 800 Kg de légumes avec 90 jardiniers encadrés par 85 bénévoles
691 Tonnes de ramasses, dons et collecte alimentaire sur l’année.

https://www.restosducoeur49.fr

Retour

3 – Cette vision explique les comparaisons de réfugié-e-s décrit-e-s comme des « corps étrangers » et autres variations plus ou moins ignominieuses sur le thème de la « corruption » voire de la « vermine ».

Retour

Posted in Divers | Tagged , , , | Leave a comment

Fâché-e-s mais pas fachos !

Depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes, une bande de fascistes locaux, menée par des membres de l’alvarium, tente de s’incruster parmi nous pour diffuser leurs idées puantes et détourner la colère populaire. L’habit ne fait pas le moine. S’il arborent parfois un chasuble réfléchissant ce ne sont pas des gilets jaunes.
Ils ont toujours été contre toute forme de justice sociale. Ils ont été condamnés à de multiples reprises pour des insultes et violences racistes. D’autres procès pour violences sont à venir. Ils font l’apologie de la France de Pétain et de l’Italie fasciste. Ils partent même en voyage en Syrie aux frais du dictateur sanglant Bachar. Ils ont tenté à plusieurs reprises à Angers de mettre le feu à des locaux associatifs, encore récemment en janvier. Il y a quelques années, ils avaient fait des croix gammées sur les Restos du Coeur. Et nous devrions les accepter parmi nous ?
Ils se sont d’abord infiltrés sur les ronds-points sans trop s’afficher, ils ont monté des pages facebook bidons. Ils ont tenté en décembre de déployer une banderole islamophobe et se sont faits dégager. Ils se sont refaits virer en janvier. De colère, ils ont abandonné l’idée de participer et ne cherchent plus qu’à se faire les gueules qui ne leur reviennent pas soit à cause de la couleur de peau, soit à cause d’engagement social, syndical ou associatif.
Ce samedi, lors de la manifestation ils ont un frappé deux gilets jaunes.
Nous estimons depuis le début du mouvement qu’une présence antifasciste est nécessaire mais ne voulant volontairement pas nous organiser en tant qu’identité politique à l’intérieur des cortèges nous n’avons pu que constater notre manque d’organisation afin de lutter contre la présence de ce groupe fasciste.
Aujourd’hui en frappant un ami, un gilet jaune comme vous et nous, c’est envers tout le mouvement des gilets jaunes qu’ils ont dirigé leur haine. Après trois mois de lutte, si nous voulons gagner, il va falloir nous débarrasser de la confusion induite par leur présence dans nos cortèges.
Nous ne pouvons pas crier « Macron démission » avec des crapules bien pires à nos côtés. Nous ne pouvons pas réclamer plus de justice avec les héritiers des pires dictatures fascistes. Nous ne pouvons pas réclamer plus d’égalité avec ces fils-à-papa qui cautionnent un ordre social d’avant 1789. Comment lutter avec des personnes qui rêvent d’une société fasciste basée sur l’autoritarisme et la discrimination ? Il est temps de tracer une ligne claire entre eux et nous !
C’est pourquoi nous appelons à une riposte antifasciste pendant l’Acte 14 sur Angers le samedi 16 février, pour que toutes et tous puissions manifester sans craindre de se faire attaquer dans le dos. Leurs idées n’ont pas de places dans les cortèges gilets jaunes.
Face aux flics, face aux fascistes, face au gouvernement Macron soyons tous et toutes uni-e-s le samedi 16 Février 2019, pour l’ Acte 14.
Des Gilets Jaunes faché-e-s mais pas fachos.

Posted in Actualité locale, Actualité nationale | Tagged , , , | Leave a comment

Alvarium arrangé !

27/01/18 – 15/12/2018

Où comment les fafs se réveillent avec la gueule de bois après avoir volé « de défaite en défaite jusqu’à la victoire de la défaite » (1).

Moins d’un an après son ouverture, le local néo-fasciste angevin de l’alvarium met la clé sous la porte. N’attendons pas que le cadavre refroidisse pour pratiquer une autopsie méticuleuse. Le texte qui suit cherche à tirer les enseignements d’une lutte où nous avons rapidement perçu qu’une issue heureuse serait possible à la condition d’une appropriation large et au travers de modalités d’action diverses. Fort heureusement, cet engagement protéiforme a eu lieu. Même si nous avons porté notre part du fardeau, le RAAF n’a pas été le seul acteur de cette lutte, nous en avons pleinement conscience. Notre ambition consiste ici à cerner la dynamique générale qui a participé à la destruction du projet physique de « communauté » porté par les fanatiques du modèle italien néo-fasciste Casapound bricolé à la sauce catho-tradis.

Ce sur quoi il ne faut pas compter

Avant d’analyser ce qui a pesé en faveur de la fermeture, il convient de pointer les acteurs institutionnels qui, à tous les niveaux, ont eu une attitude légère voire complaisante envers l’essaim de mouches à merde. La préfecture s’est tenue au-dessus de la mêlée, communiquant au compte-goutte sur la question mais faisant preuve d’un déploiement de forces de police ahurissant de disproportion lors de la première manifestation du 24 février. Fait révélateur, bien que classique, la police protégeait l’alvarium en faisant face aux manifestant-e-s pendant que les fascistes paradaient dans leur dos (jusqu’à ce qu’un flic leur intime de regagner la niche). Aussi, à plusieurs reprises, nous avons constaté aux abords de l’alvarium la présence d’équipages de police en faction.

La mairie a fait preuve d’une relative complaisance et son action n’est guère allée au-delà de l’adoption d’un vœu (pieux) proposé par l’opposition en conseil municipal le 28 mai, soit quatre longs mois après l’ouverture du local. Une commission de sécurité limitant à 19 personnes la jauge du local aura été le summum de la radicalité de nos édiles. Cette position de retrait n’est guère surprenante puisque la majorité municipale compte au moins deux élus issus de la frange la plus réactionnaire de la droite. L’un d’eux reste adhérent à Sens Commun, l’émanation politique de La manif pour tous. Qui plus est, la tentation a été forte de renvoyer dos à dos fascistes et antifascistes, comme si la question de l’implantation d’un local d’extrême-droite dans un quartier populaire ne concernait pas les élu-e-s et qu’il s’agissait là d’un épiphénomène impliquant deux bandes rivales. Pour contrer ce discours réducteur, il a fallu marteler aux angevin-e-s que le fascisme n’est pas une opinion comme les autres et que le combat contre l’alvarium nous concernait tou-te-s.

Une des caractéristiques de la lutte contre l’alvarium a donc été la propension de chaque acteur de poid à se défausser sur les autres. La préfecture renvoie la mairie à ses responsabilités. La mairie en appelle à la toute-puissance de l’état afin de rétablir l’ordre public. A un moindre niveau, l’agence immobilière Foncia marmonne sans cesse qu’elle est dépendante des décisions du syndic, le propriétaire complaisant se garde bien de se dévoiler, etc. Tout le monde se passe la patate chaude et attend qu’un autre fasse le premier pas, au mépris des voisin-e-s et habitant-e-s du quartier. Une nouvelle fois le RAAF a eu confirmation, qu’en matière d’antifascisme, il ne faut rien attendre d’autre des institutions qu’un bal de faux-culs qui avancent d’un pas pour reculer de deux.

Ce qui a pesé positivement

Le long travail de renseignement (2) mené en amont par le RAAF a été crucial. Bien connaître des militants qui n’en sont pas à leurs premières frasques permet de rapidement jauger le rapport des forces en présence. Savoir dès l’été 2017, que Baudoin Le Nalio était locataire du 85 avenue Pasteur a permis, par recoupement et élimination, de dévoiler avant même l’officialisation du lieu (le 27 janvier 2018) l’adresse exacte de l’alvarium. Cela évite de se réveiller abasourdi à l’annonce de l’ouverture d’un local néo-fasciste et de vite pouvoir passer à l’action.

L’alvarium et ses déconvenues ont fait les choux gras de la presse locale. La masse de renseignements méticuleusement accumulée nous a offert une position confortable vis-à-vis d’une presse quotidienne régionale en demande. En effet, elle ne dispose pas de connaissance fine de tout le pan de l’extrême-droite qui agit en dehors du champ institutionnel.

Il faut aussi souligner l’importance des médias militants qui travaillent sur l’extrême-droite. Un portail comme La Horde permet une expression exempte du filtre journalistique ainsi qu’une mutualisation rapide de l’information. Cela permet de produire les analyses indispensables issues de ce travail de collecte d’informations éparses qui parfois semblent même triviales. Soit dit en passant, à l’avenir, une plus forte coordination des groupes antifascistes nous semble indispensable. Nous n’en ferons pas l’économie si nous voulons faire face à la montée de l’extrême-droite à laquelle nous assistons en France et un peu partout dans le monde.

Le RAAF a pu bénéficier d’un soutien massif lors de ses appels à manifester. La liste des organisations et collectifs qui appelaient à manifester le 24 février contre l’alvarium est large (3) et présageait d’une mobilisation importante. Pour jauger du soutien dont nous allions bénéficier dans cette lutte à venir, il était nécessaire de commencer par organiser une manifestation qui dépasserait l’habituel public strictement militant. Grosse réussite ! Celle-ci a rassemblé 600 personnes dans les rues de la ville et nous a permis d’entamer notre campagne d’actions en confiance car porté-e-s par un vrai soutien populaire.

Nous avons également pris acte qu’il fallait ménager les appels à manifester pour faire au moins à chaque fois aussi bien. Une pression constante sur l’alvarium venue de toutes parts a reposé sur une grande variété des modes d’intervention. Rassemblement devant la mairie, banderoles sous leurs fenêtres à plusieurs reprises pour réaffirmer notre volonté de fermer le local, action en commun avec Alternative Libertaire où nous avons rebaptisé un square à deux pas de l’alvarium du nom de notre camarade Clément Méric, diff’ de tracts aux habitants du quartier et aux voisin-e-s dans l’immeuble du 85 avenue Pasteur, etc. : rien n’a été négligé. Une forme de harcèlement constant a été indispensable pour faire rendre gorge à l’alvarium.

C’est là qu’il nous faut louer la diversité des modes d’action. En menant une opération de peinturlurage nocturne de leur façade en rouge vif, certain-e-s ont permis de stigmatiser les militants d’extrême-droite aux yeux de toute la ville. La honte leur a collé aux basques puisque la façade est restée défigurée plusieurs mois et que les graffitis vengeurs s’y sont multipliés poussant certain-e-s esprits à la baptiser la « maculée conception ».

Des opposant-e-s au local ont aussi su se décaler et pourrir les membres de l’alvarium jusque chez eux. Là encore cette forme de stigmatisation a opéré à plein sur des fachos parfois peu à l’aise avec leurs convictions lorsqu’il s’agit de les assumer publiquement et en dehors de la protection de la bande. A tel point que certains ont décidé de ne plus apparaître publiquement alors que jusqu’à présent l’impunité était de mise. Ainsi, ils avaient fièrement posé en groupe après avoir intimidé une AG d’étudiant-e-s de la fac de droit à Saint Serge. Quelques mois plus tard, certains visages de la fameuse photos étaient désormais floutés. Respectabilité et fascisme ne font pas bon ménage.

Tout cela prouve que la lutte a été prise à bras le corps par des militant-e-s nombreux et aux approches variées. Il est certain que les fafs ont perdu pied face à des adversaires imprévisibles et que cela a contribué à briser leur dynamique. Avec un lieu et des militants ostracisés, le projet de l’alvarium a été soufflé avant même d’avoir décollé. Même les plus jeunes, intéressé-e-s par l’aspect « culturel » (boire des coups entre blancs de bonne famille) qui auraient pu faire de futures recrues ont tôt fait de déserter les lieux. Sans doute les parents ont-ils craint pour leur progéniture. Gardons à l’esprit qu’à part d’innombrables beuveries, le local n’a organisé guère plus de 4 ou 5 soirées politiques. Et encore, nous comptons les 2 interventions calamiteuses de J.-E. Gannat qui ressert à une audience clairsemée son voyage en Syrie aux frais de Bachar. Quant aux « maraudes » pour venir en aide aux « SDF français », les militants de l’alvarium n’ont pas risqué la tendinite à mener de pures opérations de communication aussi vides de sens que les sacs de denrées distribués.

Il faut enfin souligner que l’implantation dans le quartier a pesé lourd. La connaissance préalable de certain-e-s militant-e-s associatifs ainsi que les liens tissés rapidement avec certain-e-s habitant-e-s et des commerçant-e-s du quartier ont permis aux militant-e-s antifascistes de travailler sereinement dans le quartier. De notre côté, nous pouvions informer les habitant-e-s sur l’alvarium et ses membres et réciproquement rien des affres subies par les fafs ne nous échappait. Croyez-nous, le bouche-à-oreille est presque aussi rapide que les réseaux sociaux. Il est évident que nous nous sommes parfois heurté-e-s à une certaine forme de réticence bien naturelle à notre égard. Il a aussi fallu un petit moment pour que la peur cède la place à une vraie défiance vis-à-vis des fafounets. Défiance qui a parfois mené à la confrontation physique.

Le contexte national et les causes internes de l’échec de l’alvarium

2018 aura été l’année où le GUD a tenté de se donner un nouveau visage au travers d’une volonté d’implantation de locaux de son « Bastion Social ». Des implantations ont eu lieu à Lyon, Strasbourg, Marseille, Clermont-Ferrand, etc. avec plus où moins de succès. L’opposition antifasciste a été vive. Après une courte sidération, le panel des actions organisées un peu partout contre ces locaux a entraîné une émulation. Chaque collectif local piochait et s’inspirait du travail politique des camarades antifascistes de l’hexagone. Il faut noter que l’alvarium a voulu jouer cavalier seul et malgré ses relents fétides, le groupe ne s’est pas rattaché à l’étiquette « Bastion Fécal ». Nos fiers catho-tradis rechignaient à s’associer à une frange « athée » de l’extrême-droite. De fait, ils se sont coupés d’une dynamique qui paraissait prometteuse en ce début d’année 2018 et se sont tirés une balle dans le pied.

Notre petite clique fasciste a toujours eu un fonctionnement de « bande » plus que de groupe politique. Certains se prennent pour des hooligans et préfèrent la confrontation et parader en ville. Cette logique de rue est usante et rien de constructif ne peut en sortir. Le projet de « communauté sociale » trop contraignant de l’alvarium amène forcément des tensions à la longue. La routine aride du travail social entre en contradiction avec la perception romantique du militantisme de nos jeunes bourgeois. Et puis, il ne faut pas négliger que certains traînent des casseroles. Paul-Alexis Husak, alors mineur, a été arrêté à Calais lors de la tentative de blocage de la ville par Dégénération Identitaire.

Il a encore récemment été convoqué au commissariat après avoir lancé une chaise sur des manifestant-e-s. Nous en passons des meilleures. François-Aubert Gannat est en attente du délibéré en appel pour une des deux affaires pour lesquelles il a été condamné. Les fascistes à la petite semaine découvrent que, malgré leur extraction sociale, l’impunité n’est pas absolue, surtout lorsqu’il s’agit de rechercher un emploi… Si on ajoute à ce tableau un chef de bande (dénomination plus juste que « porte-parole ») instable, narcissique et à l’âme de martyr, qui prend rarement les bonnes décisions, qui la joue seul contre tous en s’attirant des inimitiés jusque dans son propre camp politique, qui tweete avec la vivacité et la finesse de Trump, vous conviendrez que leur plus grosse faiblesse est interne et qu’elle se nomme absence d’intelligence collective.

Rapidement, suite aux actions antifascistes qui ont contribué à vider le local, la question financière est devenue centrale pour la survie de l’alvarium. Clairement, l’auto-financement n’a jamais marché. Les tentatives d’appel public à financement et le faible écho rencontré ont signé le délitement d’un projet initial grandiose.

A moyen terme aussi la perspective s’assombrissait : lancement d’une procédure d’expulsion locative pour 2019, perte d’énergie engendrée par les demandes de mise en conformité en vue de l’accueil du public, cohabitation dans un appartement d’un projet collectif qui est aussi le lieu de vie d’un militant, (Baudoin le Nalio aura vécu plusieurs mois volets baissés, terré comme une bête traquée), fonctionnement affinitaire qui vire à la consanguinité. La liste des ennuis prévisibles et ingérables est longue !

L’échec était si patent que beaucoup croyaient l’alvarium déjà fermé. C’était déjà une petite victoire pour nous même s’il était impensable de s’en contenter.

Rester sur la brèche

S’ils sont si nuls, vous pourriez nous rétorquer qu’il n’y a qu’à les laisser patauger dans leur misère intellectuelle. Le hic c’est que le plus souvent la bande agit de manière détournée en se donnant un jour présentable sur les réseaux sociaux et en multipliant les associations/collectifs amis qui leur permettent d’avancer masquer. Ainsi en va-t-il de leur projet de « jardin communautaire » ou de leurs vaines tentatives d’implantation dans le mouvement des gilets jaunes. Leur enjeu majeur aujourd’hui s’ils ne veulent pas disparaître est de recruter au moins quelques nouveaux militant-e-s. Nous gardons aussi à l’esprit que leur fonctionnement en meute peut conduire à des violences physiques de rue comme cela a été trop régulièrement le cas à Angers où Nantes. De plus, le groupe reste facilement corvéable pour jouer les petites frappes, par exemple en servant de service d’ordre improvisé lors des soirées du Cercle Anjou Conférences.

Nous gardons à l’esprit que le consensus antifasciste a joué en notre faveur sur le quartier populaire de Savary, même si pour nous cet avantage n’est pas un acquis éternel. Notre responsabilité est aussi de travailler à reconquérir une forme d’hégémonie culturelle que nous pensons avoir perdue. Il s’agit d’éviter de s’enfermer dans des postures antifascistes préconstruites et trop peu questionnées. L’antifascisme c’est l’affaire de tou-te-s, que ce soit au sein des syndicats, des mouvements politiques, des assos de quartier, des clubs de sport ou dans sa vie quotidienne. En conséquence gardons-nous de devenir des prestataires de service attitrés à la chasse aux fafs.

En attendant, ne gâchons pas notre plaisir, congratulations à tou-te-s les acteurs de cette victoire. Chantons en choeur : On a fermé l’alvarium !

1 – Petite rectification du slogan floqué sur les tee-shirts de l’alvarium et manifestement sorti de l’esprit enclin à la martyrologie de J.-E. Gannat : « De défaite en défaite jusqu’à la victoire ! »

Retour

2 – Par renseignement, nous n’entendons rien d’autre que la récolte et la compilation d’infos le plus souvent « offertes » publiquement par les fascistes. Ne fantasmez aucune barbouzerie.

Retour

3 – Alternative Libertaire 49, Le Cercle, Le Cri des Caves, Coordination Pas Sans Nous 49, Collectif Émancipation, CNT 49, Collectif de Soutien Aux Sans-Papiers 49, Ensemble 49, France Insoumise 49, FSU 49, Jeunes Communistes 49, Liberté Égalité Animale 49, Nouveau Parti Anticapitaliste 49, Nuit Debout Angers, PCF 49, Réseau Angevin Antifasciste, Rudy’s Back, UNEF Angers, UNL Angers, Union Syndicale Solidaires 49, des individu·e·s.

Retour

Posted in Actualité locale, Actualité nationale | Tagged , , , , , , , , , | Leave a comment

Gilets jaunes : protégez-vous des taches brunes !

Depuis quelques jours, les mouches à merde de l’Alvarium multiplient les tentatives pour s’incruster dans le mouvement des gilets jaunes.

Déçus de ne pas avoir réussi à tenir un lieu ne serait-ce qu’une année, Jean-Eudes Gannat et sa clique s’essaient maintenant à la récupération politique.

Continue reading

Posted in Actualité locale, Actualité nationale | Tagged , , , , , , , , , , | Leave a comment

Anjou Patrimoine : un héritage d’extrême-droite

Ces derniers jours, une polémique occupe les pages saumuroises de la presse locale. La mairie étudie la possibilité d’octroyer un bail pour l’usage d’un édifice catholique désaffecté, la Chapelle Saint-Jean. Le groupe V&B aimerait y installer un débit de boisson. Le nom très douteux de « Levrette Café » a un temps été avancé.

Depuis quelques semaines une association nommée Anjou Patrimoine se formalise et c’est elle qui mène la fronde contre ce projet. Quelques tracts ont été diffusés, les journalistes contactés et surtout une pétition a été mise en ligne sur Change.org. Elle compte à ce jour un peu plus de 2600 signatures.

En substance, les arguments avancés contre le projet sont de deux ordres. D’abord, ce collectif juge infamant de destiner un ancien lieu de culte à des soirées alcoolisées, sous-entendu à la débauche. L’artillerie lourde est vite dégainée, le chapeau introductif de la pétition est le suivant : « Maman, Papa, qu’est-ce que ça veut dire, Levrette ? » Attendez-vous à ce que vos enfants vous posent cette question !. Le tout est appuyé par la mise en avant de captures d’écran de la promotion suggestive usitées par les autres « levrette bars » du groupe.

Le second argument est d’ordre économique. Avec des accents poujadistes Anjou Patrimoine exprime une inquiétude par rapport aux autres commerçants locaux qui ne bénéficieraient pas d’autant de largesse que le groupe V&B de la part des élus locaux.

Créée en septembre, l’association se présente comme une simple association de vulgarisation historique ou mémorielle : visite commentée de la cathédrale d’Angers ou commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918. La rhétorique fait tiquer sur ce dernier événement qui se présente comme un « hommage à nos morts ». « Nos morts » : un chauvinisme qu’on espérait révolu.

Inutile de tourner autour du pot. Bien que se présentant comme apolitique, Anjou Patrimoine est une nouvelle expression de l’extrême-droite la plus réactionnaire en Maine-et-Loire.

Pour s’en convaincre, il suffit de dresser le portrait peu flatteur de celui qui est à l’origine de l’association : Alexandre Rivet. Laissons le journal auquel il participe activement le présenter : Né en 1991, il fait partie de la jeune garde de Présent ! Recruté comme correspondant local, il écume donc sa belle région du Nord-Pas de Calais pour rapporter informations, entretiens et photos. […] Il aborde parfois ses thèmes de prédilection que sont la religion et la politique, mais aussi le sport et le cinéma. En plus de Présent, il œuvre pour la réinformation en travaillant pour TV Libertés et en prenant la parole lors de réunions publiques.

Du côté du RAAF, on trouve que le CV de ce jeune homme qui vient de s’installer en Anjou est bien chargé. Il est donc un collaborateur très actif de Présent. Présent c’est la revue qui représente le courant national-catholique au sein de l’extrême-droite française. Historiquement, la revue est proche du courant « tradi » de la Fraternité Saint Pie X si déplorablement implantée par ici. Présent ce sont de multiples condamnations et d’éternelles et soporifiques diatribes contre-révolutionnaires et/ou antiféministes, c’est une exaltation de « l’oeuvre restauratrice » du Maréchal Pétain, c’est aussi depuis 2014 une revue qui fait des appels du pied pressant à l’extrême-droite non catholique des identitaires.

Alexandre Rivet cherche pourtant à présenter un visage aimable, c’est son intérêt, lui qui tient un charmant petit gîte à quelques kilomètres de Saumur, au nord de La Loire. Pourtant son parcours militant comporte de nombreuses taches, comme sa participation en tant que « journaliste » à TV Libertés la chaîne nationaliste et identitaire qui compte dans ses rangs d’anciens cadres du FN comme Le Gallou qui avait tenu conférence à Angers l’année passée.

D’ailleurs, Alexandre a vite noué des amitiés locales. Il ouvre tout récemment les colonnes de Présent à Jean-Eudes Gannat, le « porte-parole » autoproclamé de l’alvarium, qui s’épanche sur l’épaule de son nouvel ami dans un article de haute tenue humoristique.

Quoi qu’il en soit, il nous semble important de montrer qu’Anjou Patrimoine n’a rien de l’association de simples « citoyens » désintéressés épris de patrimoine local et prompts à le défendre. Nous avons affaire à des militants d’extrême-droite aguerris de la mouvance catho-tradi qui entretiennent la confusion pour arriver à leurs fins. Anjou Patrimoine sort directement des poubelles de l’histoire, et il faut l’y remettre rapidement. Affaire à suivre.

Posted in Divers | Leave a comment

Concert + Conférence !

En guise de conclusion reportée du festival « à l’ouest mais toujours antifascistes », le Réseau Angevin Antifasciste organise deux évènements :

Vendredi 30 novembre – 20h30
Concert Hip-Hop avec Cerna, H.P.S et Skalpel

Samedi 1er décembre – 16h00
Conférence « Comprendre l’extrême-droite » par nos camarades du portail antifasciste La Horde

Les deux évènements sont à prix libre et se dérouleront à l’Etincelle (56 boulevard du Doyenné – Angers)

Posted in Actualité locale | Tagged , , , , , | Leave a comment

Pour le Réseau Angevin Antifasciste, le combat continue.

Le RAAF tire un bilan positif des soirées qui se sont tenues lors du festival antifasciste. Ce fut l’occasion d’avoir des débats intéressants sur l’implication de l’extrême droite dans la lutte contre le droit à l’IVG, la collusion de celle-ci avec certaines forces de l’ordre, ou encore sur les origines et le rôle du racisme institutionnel comme facteur de division des opprimé-e-s.

En ce qui concerne la manif du 22 septembre regroupant environ 400 personnes, le Raaf regrette de ne pas avoir atteint les objectifs qu’il s’était donné. Nous veillerons aussi à offrir notre soutien aux éventuelles personnes inculpées lors de cette journée de mobilisation.

Quoi qu’il en soit, le Raaf continuera à dénoncer la responsabilité des politiciens et des responsables institutionnels qui ne font rien contre le local fasciste l’Alvarium qui est bien à l’origine des tensions sur Angers.

Posted in Divers | Leave a comment

Annulation de la soirée…

La manifestation que nous voulions festive s’est dans l’ensemble bien déroulée jusqu’à son terme devant la mairie. Suite aux actions menées par d’autres après notre manifestation, nous vous annonçons que, malheureusement, la conférence et le concert de ce soir sont annulés car les conditions ne sont pas réunies pour une soirée sereine et festive, comme nous l’envisagions.

Néanmoins ce festival a été un succès tout au long de la semaine aussi bien en ce qui concerne l’affluence aux soirées que par la qualité des échanges, c’est pourquoi nous ne voulons pas finir sur un rendez-vous manqué.

C’est donc partie remise pour la soirée de clôture du festival. Nous vous tiendrons informé-e-s au plus vite ! Nous tirerons alors ensemble le bilan de cette mobilisation à tête reposée.

D’ici là, prenez soin de vous et merci de votre soutien !

Le RAAF

Posted in Divers | Leave a comment