[Vidéo] La complaisance de la Mairie d’Angers à l’égard de l’extrême-droite

Posted in Actualité locale | Tagged , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Rassemblement Antifasciste lundi 23 avril à 17h30 devant l’Hôtel de ville d’Angers

Rassemblement Antifasciste devant l’Hôtel de Ville d’Angers, un soir de conseil municipal, et à l’initiative du Réseau Angevin Antifasciste.
Rappelons à la Ville d’Angers que si elle fuit à nouveau ses responsabilités en se cachant derrière un argumentaire légaliste, les militant-e-s et habitant-e-s angevin-e-s se chargeront de dégager les fachos de l’Alvarium !

Evènement Facebook

Posted in Actualité locale | Tagged , , , , , | Leave a comment

Les fachos de l’Alvarium menacent une AG à la Fac de Droit d’Angers

Jean-Eudes Gannat et sa cohorte de mouches-à-merde se sont violemment invités ce jeudi 3 avril à la Fac de Droit d’Angers. Impunément, comme toujours ! Le ramassis de fachos qui gravitent autour de l’Alvarium sont venus scander leur haine au cours d’une Assemblée Générale étudiante. Des rebelles en carton en défenseur de l’ordre établi et d’une université qui saurait choisir les siens avant les autres.

Voilà où nous en sommes : des fascistes viennent légitimer la mise-à-sac à la Fac de Droit de Montpellier, menacent de faire de la sorte et RIEN ! Toujours rien de la part des autorités pour définitivement faire fermer l’Alvarium. Toujours rien de la part des responsables politiques locaux pour afficher clairement et affirmer avec force leur opposition à l’idéologie rance et poisseuse que diffuse ces fascistes. « Qui ne dit mot consent » éclaire la maxime.

Nous publions ci-dessous le communiqué de presse signé par les organisations suivantes :

JC 49, UNEF Angers – Ugeac, UNL 49, Réseau Angevin Antifasciste, Alternative Libertaire 49, PCF Section d’Angers, UEC Angers, Union Syndicale Solidaires 49, FSU, CGT FERC, Collectif Emancipation, NPA 49

Posted in Actualité locale, Actualité nationale | Tagged , , , | Leave a comment

Famille Gannat: faire du neuf avec du vieux

Gannat. Ce nom revient souvent, bien trop souvent, quand il est question de l’extrême-droite à Angers. D’un poste de conseiller régional, à celui de petite frappe dans les rues d’Angers, de la Manif pour Tous au soutien de Bachar el-Assad, de la participation aux élections à la lutte pour l’instauration de la royauté social du christ, cette famille prouve que le FN a beau changé de nom, il n’en reste pas moins le cœur de l’extrême-droite française. À l’occasion de la lutte pour la fermeture de l’Alvarium nous vous proposons un retour non-exhaustif sur cette famille ;

Pascal Gannat, un frontiste à l’ancienne

Entrepreneur au Mans mais résidant en Mayenne, Pascal Gannat possède un long passé chez dans les sphères fachos. D’abord militant du néofasciste Parti des forces nouvelles, puis du Front national (1984), il a notamment été chef de cabinet de Jean-Marie Le Pen de 1988 à 1992, puis conseiller régional et municipal dans le nord de la France.

Il a été président du FN 72 entre 2015 et 2017.

En 2015 il est choisi par le FN pour être la tête de liste des élections régionales en Pays-de-la-Loire. Il est élu à l’assemblée régionale, ainsi que 12 autres membres du parti des Le Pen. Il est d’ailleurs élu président du groupe FN/Rassemblement Bleu Marine. Mais il ne restera pas longtemps puisqu’il est poussé à la démission en 2017, par Marine Le Pen elle-même.

Mais cette « démission » n’est qu’une petite punition pour cet élu sans doute proche de la ligne « tradi » du FN incarné par Jean-Marie Le Pen ou Bruno Gollnisch. La preuve ? Pascal Gannat était jusqu’au congrès du 10-11 mars 2018, encore membre du Bureau Politique du FN.

Et s’il est souvent muet sur les activités de ses enfants (lire à suivre les casseroles de son fils François-Aubert), il n’en va pas de même pour son soutien à l’Alvarium.

Au-delà de cette déclaration appuyant l’activité de ce local d’extrême-droite il est encore plus intéressant de constater que l’association, Nouveaux Sarments – Anjou Populaire, qui gère la location de l’Alvarium, avait son siège domicilié chez Pascal Gannat, en Mayenne. Comme c’est étrange ! Et l’Alvarium va ensuite nous servir qu’elle est indépendante politiquement en ayant son siège chez un élu FN. À d’autres !

Jean-Eudes : un feu-follet ou un pet foireux ?

Jean-Eudes, à l’extrême-droite, entouré d’une partie de la fratrie. C’est clair les Gannat sont proches du peuple…

De toute la fratrie Gannat, Jean-Eudes (il se cache parfois sous l’identité de Jean Palinacci, tout comme son papa qui sur Facebook utilise également ce patronyme) est sans doute celui qui est politiquement le plus actif, et ce depuis de nombreuses années.

Il est l’un des fondateurs, avec entre autre Arthur de Vitton de Peyruis et Antoine Ormain (dont on a déjà parlé ici), du Rassemblement de étudiants de droite à la Fac de droit d’Angers (Saint-Serge) à partir de la rentrée universitaire de 2012. Il est également secrétaire du fantomatique FNJ 49 durant cette période.

Avec la petite équipe du RED ils sont particulièrement actifs lors de la Manif pour Tous. Cet activisme durant la Manif pour Tous est partagé avec les membres de sa famille. Ainsi il se retrouve avec son frère Louis-Joseph sur les pelouses des Invalides le 16 avril 2013, à jouer les rebelles en carton.

Louis-Joseph a par la suite créé une éphémère association « Levez-vous » qui « appelle à la résistance toutes les victimes de l’oppression politique » sic ! Son activité politique est nettement moins importante depuis. Sans doute que sa société de Courtage en assurance au Mans doit lui prendre un peu de temps.

Après l’agitation de la Manif Pour Tous, Jean-Eudes Gannat part ensuite s’installer au Maroc où il travaillera pour le Carré Casa – Carré Français de Casablanca.

Jean-Eudes Ganant le néo-colon ringard

Cette entreprise est très étroitement lié à l’extrême-droite et notamment à la « GUD connexion » (lire sur le site de Médiapart ou sur celui du Monde).

Et c’est dans le sillage de cette « GUD Connexion » que le petit Jean-Eudes va continuer son apprentissage du monde de l’entreprise. Il va en effet créer une société qui sera hébergée dans le XVIè de Paris, au 27 rue des Vignes, là où des anciens du GUD gèrent leurs affaires, dont Frédéric Chatillon. Ce dernier a d’ailleurs embauché Jean-Eudes Gannat au sein de sa société de communication Riwal. Mais force est de constater que cette collaboration n’a pas été des plus fructueuses pour le parti de Marine Le Pen (on va pas s’en plaindre non plus!).

Parallèlement à ses activités « professionnelles » très étroitement liées à l’extrême-droite, il se rêve en nouveau croisé sauveur des Chrétiens d’Orient. Il est actif sur ce terrain au côté de l’association SOS Chrétiens d’Orient. Il s’est rendu en Irak, mais aussi en Syrie en décembre 2013 :

Gannat apparaît à 7:24 minutes

Il fait parti de ces jeunes qui, comme le dit Rue 89 « vont en Syrie écouter la version du régime ».

Il n’est ensuite pas très étonnant de voir fleurir sur les murs d’un centre social angevin des tags pro-Bachar.

En 2015 il est en 3ᵉ position pour les élections municipales de 2015 à Angers sur la liste FN et est également candidat aux élections cantonales en 2015.

Aujourd’hui Jean-Eudes Gannat se présente comme le « porte-parole » de l’Alvarium.

Et c’est d’ailleurs lui qui, sur les réseaux sociaux, offre le plus d’informations sur ce local.

Une chose est particulièrement frappante chez ce fils Gannat : sa capacité à créer du Bad Buzz. C’est du niveau international !

Il se fait passer pour le jeune homme roux qui «encule la presse» et se fait pourrir sur Twitter.

Il est ensuite le jeune responsable du FN qui dérape sur un tweet « #LangPédophile »

François-Aubert l’agresseur raciste

S’il est un fils que Pascal Gannat doit vraiment avoir du mal à supporter, ça doit sûrement être François-Aubert. Ce dernier s’est en effet fait remarquer ces derniers mois sur Angers puisqu’il a été confronté à de multiples reprises à la justice. Nous n’écrirons pas plus là-dessus, nous l’avons déjà fait à de nombreuses reprises

Ici, , encore ici, hélas encore là, à n’en plus finir ici.

Un journaliste du Monde avait également fait une bonne synthèse de la situation angevine.

Mais pour nous il est clair que la manière dont la justice bourgeoise juge les siens est sans commune mesure avec ce que vie la jeunesse des quartiers populaires.

L’attitude de la justice laisse clairement à désirer quand on voit que François-Aubert Gannat se retrouve, à l’Alvarium, avec celui que son avocat avait présenté comme un « témoin » qui ne connaissait « que de vue » l’auteur des violences…

François-Aubert à l’extrême-droite (décidément!). Son témoin « surprise » se cache parmi ces spécimens de bas du front.

L’exemple de cette famille, présente à la fois dans les courants les plus radicaux de l’extrême-droite, mais qui a aussi un pied dans l’appareil frontiste et le monde des affaires, nous montre que fascisme et capital font encore et toujours bon ménages. Malgré tout ce qu’elle peut dire, tout le mal qu’elle se donne pour se désembourgeoiser, l’extrême-droite n’a qu’un seul visage : celui d’un courant politique qui prendra toujours la défense des classes possédantes.

Enfin ne nous trompons pas, la famille Gannat n’est qu’un exemple parmi d’autres. Si elle disparaissait nul doute que de nouveaux fascistes pointeraient le bout de leur nez. Notre combat n’est donc pas celui de voir disparaître de la sphère politique cette famille, mais bien de faire en sorte de faire reculer le fascisme et l’extrême-droite par tous les moyens à notre disposition, et continuer à nous battre pour l’égalité, la liberté et l’émancipation de toutes et tous.

Parce que l’antifascisme est l’affaire de toutes et tous

Petite photo bonus, parce que nous ne pouvons continuer plus longtemps à garder cette ça pour nous:

Jean-Eudes dans sa période gangsta rap

Posted in Divers | Leave a comment

Une soupe impopulaire et rance

Ouvert officiellement à la fin janvier de cet année, le local fasciste nommé l’Alvarium se présente comme l’expression d’une « communauté » qui se targue de pratiquer une forme de « catholicisme social ». Mais sous le verbiage du « porte-parole» Jean-Eudes Gannat on retrouve la vieille marotte : « Les nôtres avant les autres » à savoir une traduction édulcorée du racisme. Tout le monde n’aura pas droit à l’hostie à la communion de l’Alvarium !

Avant toute chose, il faut relativiser le poids politique de cette clique. Le groupe fédère de 15 à 20 personnes avec un noyau dur d’une petite dizaine de militant-e-s. Ces dernier-e-s font preuve d’activisme désordonné mais leur influence ne dépasse guère les limites physiques de leur local. Néanmoins, la grenouille se rêve plus grosse que le bœuf. Ils s’emploient donc à construire de toutes pièces une image grossissante de leurs actions.

Outre l’existence de l’Alvarium, le point le plus visible de cette propagande concerne les soi-disant maraudes hebdomadaires. Ce qu’ils qualifient de « solidarité » doit être remis en perspective. La solidarité c’est une obligation morale réciproque, un travail en commun sur un pied d’égalité. Il est plus juste ici de parler d’aumône tant la petite bande agit en dames patronnesses distribuant quelques maigres bons points. Charité mal ordonnée puisqu’elle repose sur des critères arbitraires et discriminatoires de couleur de peau et d’origine supposée. Le plus important dans l’histoire pour eux n’est pas de distribuer 3 ou 4 sandwiches à des personnes dont ils se moquent éperdument, il s’agit prosaïquement de communiquer via les réseaux sociaux sur leur ersatz d’action. Le geste n’est jamais désintéressé, il doit être immortalisé par une photo postée sur Facebook qui permettra d’entretenir l’illusion.

Pour rappel, à Angers de nombreux collectifs et associations luttent sans faux-semblants contre la misère. Lors de leurs maraudes quotidiennes, les travailleurs-euses sociaux du Samu Social ne demandent pas leurs papiers aux sdf. Pas plus que les bénévoles du Secours Catholique, du Secours Populaire, ou des Restos du Coeur qui distribuent des quantités de denrées alimentaires autrement considérables. Dans les quartiers, des associations d’autodéfense sociale comme Pas Sans Nous luttent sans discrimination aux côtés des habitant-e-s. D’autres comme le Collectif de Soutien aux Sans-Papiers ou le Collectif des Syndicalistes pour l’Entr’aide et la Solidarité ne s’arrêtent pas à des histoires de frontières et d’origine pour mettre en œuvre au moyen de l’action directe une solidarité effective. A côté de toutes ces initiatives l’Alvarium n’est rien de moins qu’une équipe de bouffons en goguette qui se prend en selfie devant la misère. Leur projet foireux est comparable à un magasin chatoyant avec une grande vitrine illuminée mais dont les étals (et les cerveaux du personnel) sont désespérément vides.

Heureusement pour nous, leur maintien de jeune communiants ne masque pas leurs forfaits passés. Il faut donc se refaire une réputation (lien vidéo). Pour cela ils osent même se présenter comme « apolitique ». Pourtant jusqu’à récemment, le siège social de l’association était domicilié chez papa Gannat, conseiller régional FN, attaché à la vieille branche historique et vermoulue fidèle à Jean-Marie Le Pen.

https://twitter.com/pgannat/status/968632934927355912

Surtout, les beaux discours cachent mal la réalité poisseuse des liens politiques entretenus. Les premières entrevues sont accordées à Breizh Info média d’extrême-droite assez peu regardant sur le travail journalistique. Que dire aussi de l’entretien dans les colonnes de Présent journal catho intégriste proche de la fraternité Saint Pie X ? Sans compter la référence récurrente au mouvement néo-fasciste italien Casapound. D’un point de vue stratégique, l’Alvarium copie le modèle du Bastion Social (le dernier faux-nez du GUD). Officiellement, il n’adhère pas au mouvement car il ne se retrouve pas dans des positions trop athées. Enfin, Jean-Eudes Gannat est un fervent défenseur du régime de Bachar El-Assad, on a vu mieux comme symbole de compassion et d’humanisme. Et puis, le beau vernis des communiants craque facilement lorsque, protégés par une chaîne de policiers, lors de la manif du 24 février, un Paul-Alexis Husak mime des égorgements aux manifestant-e-s qui lui font face pendant que d’autres tapent impunément des saluts fascistes en pleine rue. Chassez le naturel…

C’est pas bô de montrer du doigt Paul-Alexis!

Personne n’est dupe, l’Alvarium ne cherche pas à lutter contre la misère sociale. Au contraire il s’en nourrit et ne cherche qu’à exacerber les clivages de la société. Ses militant-e-s se fantasment comme une élite et le bien-être de leurs congénères est le cadet de leurs soucis. Ils se moquent des conditions de vie des habitant-e-s de Savary qu’ils évitent d’ailleurs comme la peste.

L’Alvarium est du point de vue de l’extrême-droite radicale angevine un enjeu majeur pour son implantation, son développement et sa pérennité. En conséquence, il doit et va fermer parce que le fascisme n’est pas une expression politique comme les autres. L’histoire et malheureusement l’actualité (assassinat de Heather Heyer aux USA, récent attentat anti-migrant·e·s en Italie) prouvent que le fascisme se nourrit de la liberté d’expression qui lui est accordée jusqu’à ce qu’il soit assez fort pour faire taire toute opposition. Sa liberté c’est l’écrasement de toutes les autres.

Le RAAF n’est qu’une composante d’un front antifasciste bien plus large. Suite à la réussite de la manifestation du 24 février où nous étions plus de 600, la riposte se construit en empruntant des modalités et des formes aussi diverses que nos sensibilités et nos pratiques. Nous sommes d’autant plus déterminé-e-s qu’à tous les niveaux les pouvoirs publics fuient leur responsabilité(1).

Le fascisme c’est la gangrène, on l’élimine ou on en crève.

(1) Ainsi, Mr. Béchu n’a même pas été capable de dire publiquement son rejet idéologique de l’Alvarium. Tout au plus s’est-il contenté de tourner autour du pot et d’en rester à des considérations d’ordre techniques pour le moins accessoires.

Posted in Divers | Leave a comment

Plus de 600 personnes dans les rues d’Angers contre le bar raciste et fasciste l’Alvarium

Plus de 600 manifestant·es dans les rues d’Angers pour réclamer la fermeture de l’Alvarium, bar raciste et fasciste. Réjouissons-nous : l’appel lancé par une vingtaine d’organisations a été plus qu’entendu, ce samedi 24 février.

Cette manifestation aura assurément permis d’informer le quartier Savary de l’implantation d’un bar à l’objet associatif profondément nauséabond. Une large mobilisation qui nous démontre avec force que les Angevin·es sont prêt·es à donner de la voix pour dire : NON à la diffusion des idéologies les plus rances. Un rassemblement conduit dans le calme malgré les invectives des membres de ce lieu quand le cortège leur a fait face.

Il nous faut toutefois nous interroger sur cet instant : comment expliquer qu’une dizaine d’individus aient pu jeter divers objets sur plus de 600 personnes sans que cela est la moindre conséquence ? Comment expliquer qu’un égorgement ait pu être très explicitement mimé en prenant à témoin l’ensemble du rassemblement sans que cela ait la moindre conséquence ? Et des questions nous avons encore toute une collection malgré la réussite de ce rassemblement.

Quel était le but de cette mobilisation ?

Protester contre l’ouverture du bar fasciste et raciste l’Alvarium et exiger sa fermerture. En effet, ce lieu qui regroupe des militant·e·s d’extrême-droite bien connu·e·s du Réseau Angevin Antifasciste (notamment pour des faits d’agressions racistes ) est maintenant ouvert depuis un mois. Sous couvert d’actions en faveur des plus démuni-es (pas tout·es, il faut montrer sa carte d’identité), qui nous rappelle vaguement les distributions de sandwiches organisées par Génération Identitaire, le but de ce groupe est bien de créer une implantation au sein de la ville afin de faciliter le recrutement et de diffuser leurs idées (preuve en est la conférence organisée le soir-même de la manif’)

Du côté des autorités, il semble il y avoir une réelle « inquiétude » avec plusieurs visites afin de s’assurer de la légalité et de la conformité du lieu. Christophe Béchu – actuel maire d’Angers – s’est exprimé lors du conseil municipal ce lundi 26 février en rappelant qu’il n’y avait pas eu de manquements constatés lors des contrôles « dans la mesure où le nombre de 19 personnes n’est pas dépassé ». Et d’ajouter « D’autres mesures sont en train d’être examinées. ». Nous attendons donc de voir…

Qui plus est, il nous semble important de préciser que la voie légale n’était pour nous qu’un levier afin de voir fermer ce local nauséabond rapidement, et que le réel enjeu est celui plus politique de la prolifération des idéologies d’extrême-droite et de la multiplication de l’ouverture de ce type de lieux à travers la France.

Et maintenant ?

Une réunion unitaire regroupant toutes les organisations souhaitant prendre part à cette lutte s’est tenue ce mardi. Il a été acté évidemment de continuer la lutte contre l’Alvarium. Nous ne sommes pas dupes, nous savons que si nous obtenons la fermeture de ce local, les fachos vont surfer sur la vague et tenter d’ouvrir un nouveau lieu. C’est un combat de longue haleine qui nous attend. Et nous sommes prêt·e·s à mener se combat politique contre l’extrême-droite et son idéologie mortifère.

Des actions pédagogiques sont d’ores et déjà prévues dans les quartiers aux alentours de l’Alvarium.

Pour nous il est clair que c’est la diversité des actions contre ce local qui nous permettrons de le faire fermer au plus vite. Mais la sécurité reste de mise. Ces bas du front savent être particulièrement être violent, surtout quand ils sont en sur-nombre. Et la passivité de la police lors de la manifestation de samedi nous laisse à penser qu’ils profitent d’une certaine bienveillance, pour ne pas dire plus.

Au niveau national des rencontres sont organisées pour préparer la riposte contre tous les locaux qui s’ouvre à travers la France (Strasbourg, Lyon, Lille, Aix-en-Provence, etc.). Le RAAF y tiendra évidemment toute sa place.

Merci à toutes et à tous d’être venu·e·s !

On lâche rien!

Posted in Divers | Leave a comment

Ensemble fermons le local fasciste et raciste de l’avenue Pasteur !

Depuis La Manif pour Tous de 2012-2013, l’extrême-droite locale a repris du poil de la bête. Pire, elle bénéficie d’une relative impunité. La liste des méfaits d’une petite bande de jeunes gens de bonnes familles est longue : perturbation en 2011 d’un conseil municipal affublés de masques de cochons pour brailler contre le projet de nouvelle mosquée, destruction à plusieurs reprises de l’arbre de la laïcité depuis 2012, virées nocturnes en entonnant des chants nazis, insultes et violences racistes à la sortie d’un bar au printemps 2017, graffiti pro-Bachar el-Assad sur la maison de quartier de Belle-Beille la veille d’une soirée caritative il y a quelques semaines, etc. Très récemment cette mouvance s’en est pris au chantier de la mosquée en déposant deux têtes de sangliers fraîchement découpées. Trop souvent ces identitaires et cathos intégristes n’ont pas eu à répondre de leurs actes.

Mais leur dernière provocation ne restera pas impunie.

Cette petite bande occupe depuis quelque temps un appartement au rez-de-chaussée du 85 avenue Pasteur, à Angers. Y traînent des têtes connues pour leur engagement à la droite de l’extrême-droite : ceux-là même qui ont été condamnés pour insultes et agressions racistes dans les rues d’Angers en 2017. Parmi ces personnes on retrouve les deux fils d’un élu du Front National au conseil régional des Pays de la Loire.

Fascinée par le mouvement néofasciste italien Casapound, dont un des membres dernièrement en Italie a tiré sur cinq personnes parce qu’elles étaient noires, la bande a décidé de transformer cet appartement en « bar associatif ». Il est plus exact de parler d’un bar clandestin. Ce petit musée des horreurs a été baptisé « Alvarium » (la ruche) et a été inauguré en catimini fin janvier. Disposer d’un lieu de sociabilité est pour eux un enjeu crucial afin de garantir leur recrutement et amplifier leur capacité de nuisance. Nous ne pouvons accepter une telle menace tapie aux marges d’un quartier populaire. Déjà des agressions verbales à caractères racistes ont eu lieu contre des habitant·e·s du quartier.

C’en est trop. La riposte est déjà engagée. Si les autorités s’accommodent d’un tel local et fuient une fois de plus leurs responsabilités il n’en est pas de même du mouvement social, syndical et associatif. Nous prenons les choses en main et avons engagé des actions dans de nombreuses directions en vue de la fermeture rapide de l’Alvarium. Pour marquer notre détermination une manifestation s’impose. Nous comptons sur votre présence parce que, loin des clichés, l’antifascisme c’est l’affaire de tou·te·s.

Pas de fascistes dans nos quartiers, pas de quartier pour les fascistes ! Fermeture de L’Alvarium !

Rdv à 15h, samedi 24 février, place Imbach, devant la Bourse du Travail.

Premiers signataires : Alternative Libertaire 49, Le Cercle, Le Cri des Caves, Coordination Pas Sans Nous 49, Collectif Émancipation, CNT 49, Collectif de Soutien Aux Sans-Papiers 49, Ensemble 49, France Insoumise 49, FSU 49, Jeunes Communistes 49, Liberté Égalité Animale 49, Nouveau Parti Anticapitaliste 49, Nuit Debout Angers, PCF 49, Réseau Angevin Antifasciste, Rudy’s Back, UNEF Angers, UNL Angers, Union Syndicale Solidaires 49, des individu·e·s,

Posted in Divers | Leave a comment

Une ruche pleine de mouches à merde

Un logo plus cohérent avec le lieu

Si vous suivez régulièrement le RAAF, vous n’êtes pas sans savoir que nous aimons poser des questions. Pas parce que nous sommes ingénu-e-s, au contraire la lutte contre l’extrême-droite locale nous ont rendu-e-s très lucides. Ces dernières années, les pouvoirs publics locaux, qu’ils soient municipaux ou étatique ont traité avec une incontestable légèreté l’activisme de l’extrême-droite locale. Pourtant, depuis le mouvement de la Manif pour Tous, les meneurs et les guignols qui s’activent dans l’ombre sont connus. Pourtant, il faut reconnaître que leur action se déploie le plus souvent dans une relative impunité. Parcourez le blog et le Twitter du RAAF et forgez vous votre opinion.

Alors, posons encore quelques questions, il finira bien par en sortir quelque-chose. Mais avant, il nous faut poser le décor.

Rien ne manque : il y a même la carte

Nous avons constaté que, depuis l’été 2017 Baudouin Le Nalio, fasciste affiché, sert de prête-nom à la location d’un appartement situé au rez-de-chaussé (à gauche de l’escalier) du 85 avenue Pasteur, à Angers. Y traînent bien d’autres têtes connues pour leur engagement à la droite de l’extrême-droite : notamment Jean-Eudes Gannat (le pisse-copie de la bande avec un style digne d’une copie ratée de Brasillach c’est dire), François-Aubert Gannat son petit frère souvent croisé récemment dans les prétoires. Le reste des convives est à l’avenant.

Fasciné par le mouvement néo-fasciste italien Casapound la petite bande a décidé de transformer cet appartement en « bar associatif ». Ce qu’il est plus juste de nommer « clandé » a été baptisé « Alvarium » et sert déjà de base arrière à leurs activités politiques et à leurs beuveries (parfois avec des mineurs). Deux activités fortement imbriquées chez ces fils et filles pourtant souvent de bonnes familles.

Ce samedi 27 janvier, à partir de 18h, ce local nauséabond va « officiellement » être inauguré. Une belle brochette de fascistes d’ici et d’ailleurs va s’y pavaner. En fin de soirée, il ne fera pas bon traîner dans les rues.

Voici nos quelques questions :

Combien faudra-t-il d’autres têtes de sangliers placées sur le chantier de la mosquée d’Angers pour que les pouvoirs publics prennent enfin leur responsabilités ? Combien faudra-t-il de nouvelles agressions racistes ? Combien faudra-il qu’à nouveau des chants nazis soient entonnées la nuit tombée ? Combien faudra-t-il de graffitis puants sur des locaux associatifs et maisons de quartier ? Combien de temps faudra-t-il attendre les bras croisés ?

Le RAAF n’attendra pas. Nous préparons une mobilisation à la hauteur de l’enjeu. Nos slogans nos pas changé. Pas fascistes dans nos quartiers, pas quartiers pour les fascistes ! Fermeture de L’Alvarium !

Post-scriptum : En latin, alvarium signifie « ruche », au RAAF nous avons des latinistes émérites qui traduisent plus volontiers par « essaim de mouches à merde ». Il est vrai qu’en matière de traduction chaque mot doit être pesé dans son contexte et que celui-ci est particulièrement puant.

Posted in Actualité locale | Tagged , | Leave a comment

Quand Égalité et Réconciliation tient réunion à Avrillé

Nous savions depuis quelques jours que le groupuscule Égalité et Réconciliation allait organiser, dans la région d’Angers, une réunion publique. Nous n’avons appris qu’au dernier moment que cette réunion était organisée à Avrillé le samedi 16 décembre dernier, dans la salle Victor Hugo. Une chose est sûre, ce groupuscule qui a pu avoir une certaine notoriété, notamment sur internet, est très clairement en perte de vitesse. On pouvait compter les participants à cette réunion publique sur les doigts de deux mains…

Si la participation fait relativiser quand au poids d’Égalité et Réconciliation dans le Maine et Loire il est tout de même inquiétant de constater qu’en quelques semaines c’est la deuxième réunion d’extrême-droite qui se déroule dans une salle municipale de l’agglomération. C’est inacceptable. Nous venons donc d’envoyer un mail à Marc Laffineur maire d’Avrillé, et Christophe Béchu président d’Angers Loire Métropole. Nous le savons cela ne sera pas suffisant pour faire en sorte que les édiles locaux soient un peu plus fermes avec l’extrême-droite. Comme nous l’écrivons dans notre mail: En tant que militant·e·s antifascistes, pour l’égalité de toutes et tous, sachez que nous dénoncerons dès que cela sera nécessaire les agissements de ces groupuscules qui promeuvent la haine et le repli sur soi. Et nous ne tairons pas non plus le silence, voire même parfois la complicité, de certains pouvoirs municipaux.

Pour le moment nous ne pouvons que vous encourager à les interpeller également en vous inspirant de notre mail, si vous le souhaitez. Mais d’autres actions sont évidemment en préparation!


À Monsieur Marc Laffineur, maire d’Avrillé,

À Monsieur Christophe Béchu, Président d’Angers Loire Métropole,

Messieurs

Nous avons dernièrement appris la tenue d’une conférence intitulée « Bienvenue en Macronie ! », samedi 16 décembre dernier, organisée par « Egalité et Réconciliation » dans l’une de vos salles municipales : Salle Victor-Hugo.

Pour rappel, « Égalité et Réconciliation » est une organisation d’extrême droite qui a fait de l’antisémitisme son fond de commerce.

Pour plus de détails, nous vous invitons à consulter la fiche Wikipedia de cette structure (https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89galit%C3%A9_et_R%C3%A9conciliation) et la liste des condamnations à l’encontre de son président et fondateur : Alain Soral (https://fr.wikipedia.org/wiki/Alain_Soral#Condamnations).

Dans un contexte où, dans notre agglomération, des groupuscules d’extrême-droite peuvent tenir des réunions publiques dans les salles municipales (à l’instar du Cercle Anjou Conférence et de sa réunion publique avec le polémiste d’extrême-droite Jean-Yves le Gallou) faut-il en conclure que les organisations de ce type sont les bienvenues à Avrillé et plus largement dans notre agglomération. ?

En tant que militant·e·s antifascistes, pour l’égalité de toutes et tous, sachez que nous dénoncerons dès que cela sera nécessaire les agissements de ces groupuscules qui promeuvent la haine et le repli sur soi. Et nous ne tairons pas non plus le silence, voire même parfois la complicité, de certains pouvoirs municipaux.

Salutations antifascistes,

Le Réseau Angevin Antifasciste

Posted in Divers | Leave a comment

Retour sur la mobilisation antifasciste de vendredi

Vendredi 24 novembre, le Réseau Angevin Antifasciste appellait à une mobilisation en réaction à la tenue d’une conférence du raciste et négationniste Jean-Yves Le Gallou dans une salle municipale à Angers. Malgré de nombreuses interpellations auprès de la mairie, notamment via la presse, la conférence a été maintenue. À la place d’une annulation, nous avons eu le droit à un déploiement policier comme on en voit peu sur Angers d’ordinaire.

Photo par Ouest-France

Cela prouve, une fois de plus, que l’on ne peut pas compter sur les institutions pour combattre l’extrême droite (les différents procès que l’on vous résume en sont une autre preuve).

Le plus cocasse dans cette situation, c’est qu’une organisatrice de la soirée (Barbare Mazières) a crié au scandale sur les réseaux sociaux, parlant de censure et de blocage des personnes souhaitant accéder à la salle alors que les flics étaient là pour les protéger, la mairie craignant des affrontements. Elle a également affirmer que l’on « laissait les casseurs manifester en centre ville », mais elle devait sûrement parler du RED qui dégradait le centre Jacques Tati le soir-même [lien vers l’article] (quelle prémonition).

À dire vrai, cette mobilisation a été un réel succès pour nous, tant en terme de nombre (les deux journaux locaux annoncent entre 120 et 150 personnes), qu’en terme de personnes étant venues (personnes que l’on ne voit pas souvent en manifestation, etc…). Angers est capable de se mobiliser contre l’extrême droite, et ça, ça fait du bien !

Une manifestation dynamique que ni les fachos (quatre d’entre eux se sont approchés mais sont vite partis), ni les flics n’auront réussi à gâcher.

Merci à toutes les organisations qui ont signé ou relayé l’appel,
Merci à toutes et à tous d’être venu-e-s,
A bientôt dans la rue !

Posted in Actualité locale | Tagged | Leave a comment